Skip Ribbon Commands
Skip to main content

News

Casablanca

Fabrice Léger - L'invité de l'InfoMédiaire


Infomediaire : Pouvez-vous nous dresser une brève présentation de Jones Lang LaSalle ?

 

Fabrice Léger : JLL est le leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise. Nous accompagnons les grandes Sociétés Internationales dans la résolution de leurs problématiques immobilières, qu’il s’agisse d’actifs classiques (bureaux, commerces, entrepôts logistiques, …) ou de biens immobiliers moins traditionnels (cliniques, usines, ports, aéroports, hôtels, centres de vacances, etc.). C’est aujourd’hui plus de 50.000 collaborateurs pour un CA de l’ordre de 4,5 milliards de dollars.

Les métiers sont : le Conseil, l'Agence, l'Expertise immobilière, l'Investissement, l'Assistance à Maitrise d'Ouvrage, la Maitrise d'Ouvrage Déléguée.

 

Nous avons déployé l’ensemble de ces activités à Casablanca et avons également implanté notre filiale TETRIS spécialisée dans le Design & Build. Tétris propose une prestation de contractant général. Nos architectes assurent la création (optimisation de l'implantation, réalisation du plan, conception du design) selon un cahier des charges précis. Nos ingénieurs et conducteurs de chantiers prennent en charge la coordination technique et la réalisation des travaux dans un délai fermé, le tout dans le cadre d'un budget défini.

 

Infomediaire : Pourquoi avoir privilégié le Maroc plutôt que d’autres pays de la région pour renforcer votre implantation en Afrique ?

 

Fabrice Léger : Le Maroc est très clairement le pays qui présente les meilleurs fondamentaux de stabilité politique et de développement économique au Maghreb. Il est de plus la destination préférée des grandes sociétés internationales qui nous demandent de les accompagner en Afrique. Ces grands utilisateurs savent que le Maroc est un Hub à partir duquel ils vont pouvoir déployer leur stratégie africaine. Pendant de nombreuses années, les entreprises ont considéré que l’Afrique présentait de nombreux risques. Aujourd’hui elles savent que le seul risque qui existe pour leur développement, c’est celui de ne pas être en Afrique !

 

 

 

Infomediaire : Quid de vos objectifs commerciaux ? pouvez nous dresser un état de vos principales réalisations au Maroc à ce jour ?

 

Fabrice Léger : Là encore, nos objectifs commerciaux sont clairs : accompagner, servir, conseiller les entreprises avec la même qualité qu’en France, au Canada ou à Singapour.

Lorsque je parle de qualité, il n’y a pas seulement les compétences « marché » des équipes JLL, il y a également les process internes et l’éthique.

A ce titre, en 2013, JLL a été, pour la 6ème année consécutive, distinguée « World’s Most Ethical Companies » par l’organisme « Ethisphère ».

 

Concernant nos réalisations, nous présentons un bilan très positif et sommes d’ores et déjà sur les projets phares en termes de commercialisation d’immeubles de bureaux. Ainsi, nos équipes sont mobilisées sur La Marina de Casablanca (66.000 m²) et d’autres actifs « prime » à Tanger ou Rabat.

Sur le plan industriel et logistique, nous accompagnons les grands utilisateurs et avons, en 2013, transacté plusieurs dizaines de milliers de m².

Nous avons des ingénieurs qui pilotent la construction d’une usine dédiée à l’aéronautique à Casablanca et un centre commercial à Marrakech.

Notre département expertise et conseils tourne à plein régime et travaille sur la stratégie immobilière des grands utilisateurs et investisseurs.

Nos équipes Tétris ont tout récemment aménagé les bureaux d’un pétrolier international, d’une société pharmaceutique, d’une banque publique,…

L’activité est soutenue et nous avons la chance d’avoir des équipes professionnelles et volontaires.

 

Infomediaire : Comment voyez-vous aujourd’hui le marché de l’immobilier Marocain, tout segment confondu ?

 

Fabrice Léger : D’un point de vue global, ce qui caractérise le marché immobilier marocain, c’est le manque de transparence. Je parle du marché de l’immobilier d’entreprise.

 

JLL publie régulièrement le « Market Transparency Index » des principales places économiques mondiales. Très clairement, les marchés marocains ne présentent pas la même transparence qu’à Londres, Paris ou Johannesburg. Un travail devait être engagé dans cette direction.

 

Ainsi, en 2013, dans l’intérêt des grands utilisateurs et des investisseurs institutionnels, nous avons, avec trois autres sociétés de conseil à Casablanca, réfléchi sur les axes pouvant faire évoluer cette situation d’opacité.

Nous avons ainsi créé en mars dernier le GIE STATIMMO MAROC.

Cette structure a pour vocation de publier trimestriellement les statistiques de marché concernant l’immobilier de bureaux et les entrepôts logistiques.

 

Nous travaillons actuellement sur le recensement du parc de bureaux de Casablanca, la sectorisation des quartiers et sur la notation des immeubles tertiaires.

 

Nos premières publications seront disponibles à partir de septembre prochain.

 

Le deuxième point qui caractérise le marché immobilier, c’est le nombre important de mètres carrés récemment construits, tous secteurs confondus et surtout la faible proportion d’actifs de qualité, notamment dans la partie tertiaire.

 

 

On entend souvent dire à Casablanca « il y a trop de bureaux ». Ce n’est pas le cas pour les bureaux de bonne qualité, flexibles, modernes, divisibles et aux standards internationaux. Il n’y en a pas assez compte tenu du parc existant.

Ainsi, un marché à deux vitesses s’est développé : « les bons immeubles » qui se louent sans problèmes et les autres qui peuvent rester vacants pendant plusieurs années.

 

Nous échangeons régulièrement avec les cadres dirigeants des entreprises. Certains savent déjà qu’un immeuble de bureaux bien pensé et bien construit constitue un lieu de gain de productivité et un outil de management. Ce sont le directeur financier et le DRH qui doivent être en première ligne sur ces réflexions stratégiques.

 

Un bureau doit être évolutif tout au long de la vie de l’entreprise. Les lieux de travail doivent donc être pensés pour être reconfigurables et polyvalents.

Ce sera une des clés de la maturation du marché marocain.

Infomediaire : Quels sont les plans de développement  de Jones Lang LaSalle Maghreb  à court, moyen et long terme ?

Fabrice Léger : JLL, depuis son bureau de Casablanca, a pour vocation de déployer les activités du Groupe au Maghreb et en Afrique francophone.

Avec mes homologues d’Afrique du Sud, de Dubaï et d’Egypte, avec l’aide de nos bureaux partout dans le monde, nous travaillons sur nos implantations futures et les différentes business lines qu’il nous faudra installer et développer. Il est clair que notre crédibilité passera par un ancrage fort sur les différents marchés concernés.

Nous sommes proches d’aboutir sur les premiers pays mais ne peux vous en dire plus pour le moment…

Simplement, nous sommes au début d’une très belle histoire en Afrique, en général, et au Maroc en particulier.​